Pédagogie de l’altérité et de la coopération

En janvier 2018 , j’ai participé au module 1 de la formation « pédagogie de l’altérité et de la coopération »: https://www.facebook.com/AlterCoop/videos/282651468937009/?fref=gs&dti=307752186302203&hc_location=group

Je suis consciente que la nécessaire transition énergétique est en train de bouleverser notre manière de nous situer dans l’écosystème Terre ce qui amène à bouleverser aussi notre manière de nous organiser , d’échanger et de contribuer efficacement à l’équilibre de l’ensemble de l’écosystème auquel nous appartenons.

Apprendre ce qui limite la communication interpersonnelle et qui façonne nos comportements dans une forme qui est au service de la compétition, de la domination et de la rareté m’a paru tout à fait adéquat pour que je puisse après, à mon propre niveau, faire évoluer mon comportement et inspirer d’autres à le faire.

Patrick Viveret :

18 janvier 2018- Patrick VIVERET : osons la fraternité

La conférence de Patrick Viveret était pour moi une belle introduction à la nécessité d’aller vers un nouveau paradigme qui touche tous nos secteurs de vie :

  • Nouveau paradigme politique: il fait résonner fragilité-émerveillement –cœur plutôt que pouvoir-compétition –rareté.
  • Nouveau paradigme économique: sortir de la fabrication artificielle de la rareté (pollution de l’air d’où restriction de l’air sain abondant), malnutrition (mauvaise répartition des richesses en nourriture) car il n’y a pas de rareté globale originelle. Cette rareté est organisée car nous sommes encore dans une logique de compétition.
  • Nouveau rapport numérique: le terme révolution numérique induit une compétition loser contre winner (celui qui sait « surfer» sur la toile) ; il s’agit plutôt de métamorphose vibratoire qui est une mutation profonde de la société passant par l’outil numérique.
  • Nouveau rapport au temps : s’abstenir de la contrainte du temps et de l’espace : lorsque l’on ferme les yeux on atteint un état vibratoire différent.

Ce nouveau paradigme nous demande d’entrer dans la coopération, la fraternité, l’abondance, la vulnérabilité et l’émerveillement.

 

19 janvier- ATELIER : osons la fraternité

Dans la journée d’atelier vécu je retiendrais particulièrement :

  • La présence « impliquée » de chacun des animateurs et de chacun des participants qui a donné lieu à la création d’un espace sécuritaire et bienveillant dans lequel nous avions tous plaisir à nous mouvoir et à partager au-delà de nos masques sociaux habituels.
  • L’exploration de mon espace imaginal personnel (espace de représentation mentale intérieure) – il a une profondeur, il est plastique, il est en 3D et il est en couleur –il est le support de mon système de croyance – d’où la nécessité de déconstruire les automatismes liés à notre conditionnement sociétal et à celui de notre lignée.
  • Expérience de la Deep démocracy (le débat mouvant) : je lance une affirmation, une prise de position et ceux qui sont d’accord avec moi me rejoignent (croyance partagée). J’ai beaucoup aimé vivre ce moment et surtout l’exploitation de mon vécu de ce moment pour connaître et comprendre plus en profondeur certaines de mes réactions. L’apprentissage de l’accueil de mes propres réactions et conditionnements a été très intéressant comme pratique à dupliquer dans mon quotidien : toute chose « négative » a un potentiel de positivité et d’ouverture.
  • Le panorama des violences a été pour moi une source d’inspiration pour un apprentissage de la compassion vu la complexité des paramètres en jeu : la colère et la violence sont souvent un moyen d’exprimer une peur enfouie.

Comme mot de la fin, je joins plus bas un lien vers une vidéo qui à l’époque m’avait atterrée mais qui maintenant me fais plutôt me souvenir que nous les humains sommes dans une voie d’apprentissage et que chacun d’entre nous partons simplement de là où nous en  sommes en tant qu’humains soumis aux conditionnements sociétal et familial : le but est de progresser chacun sur le chemin de notre évolution.

 

La vie de Elizabeth Eckford racontée par Thomas Snegaroff

 

Remerciements : merci à tous pour tous ces moments partagés et merci à Christine Marsan, l’initiatrice de ce projet  pour avoir sur réunir tous ces intervenants de qualité  !!